Auteur : Sébastien Welsch

Comment réussir dans tous les domaines de votre vie grâce à une habitude qui vous prendra 5 à 10 minutes par jour.

Comment réussir dans tous les domaines de votre vie grâce à une habitude qui vous prendra 5 à 10 minutes par jour.

Existe-t-il réellement une méthode simple pour réussir dans tous les domaines de votre vie ? Oui, et elle se résume en 3 mots :

Lis des livres.

Oui, c’est aussi simple que cela. Lis un livre de développement personnel, un livre pour apprendre quelque chose qui t’intéresse ou encore un article inspirant.

Grâce à la lecture tu pourras apprendre :

  • à gérer ton temps
  • à atteindre tes objectifs
  • à maîtriser l’art de la négociation
  • à cuisiner
  • à gérer ton budget
  • une nouvelle langue
  • à gérer ton stress
  • à draguer sans Tinder (sérieux c’est dans la sélection d’Amazon pour bien commencer l’année  smiley)
  • le marketing
  • à parler en public
  • à te (re)mettre au sport

En effet, il existe des livres sur presque tout.

« Oui, mais tu comprends, je n’ai pas le temps de lire, tu sais bien avec le travail, les enfants, les tâches ménagères… » et aussi la télévision, les restaurants, les sorties, les jeux vidéo ou encore Facebook ? Tu trouveras toujours une excuse pour ne pas lire (je l’ai fait aussi).

Si tu lis 5 à 10 minutes par jour, ce qui fait au moins 10 pages par jour. Tu auras lu 3650 pages en un an : ce qui fait 18,25 livres de 200 pages. Tu suis toujours ? Oui, j’ai bien écrit 18.25 livres par an en lisant 5 à 10 minutes par jour. As-tu lu 18 livres l’année passée ? Tu aurais pu y arriver en consacrant seulement entre 5 à 10 minutes par jour. C’est un petit sacrifice par rapport à ce que tu peux « gagner » en retour.

Maintenant, je ne vais pas te mentir, je n’ai pas lu 18 livres en 2017. Je n’en ai lu que 3 :

 

Si ce que tu fais ne marche pas, change ce que tu fais.

Si ce que tu fais ne marche pas, change ce que tu fais.

Cela a l’air évident à première vue, mais peu de gens appliquent réellement ce principe. Si tu as un objectif en tête, tu te dis sûrement : « je dois faire ceci et cela pour y arriver ». Mais si les résultats n’arrivent pas, t’obstineras-tu à continuer encore et toujours de cette façon ?

On ne peut espérer de résultats différents en effectuant toujours les mêmes actions. Il faut régulièrement évaluer les actions mises en place et les adapter (ou les changer) si cela ne fonctionne pas. Tu adapteras ou changeras ce que tu fais jusqu’à ce que les résultats arrivent. Évidemment, cela demande de la persévérance, mais n’est-ce pas une des conditions essentielles pour obtenir des résultats ?

Dans le contexte du développement d’un programme informatique, j’ai pu observer des personnes qui s’obstinaient à reproduire les mêmes erreurs en espérant avoir des résultats différents. J’ai pu identifier que les périodes de tests étaient négligées (que ce soit par les informaticiens ou les utilisateurs finaux) afin de gagner du temps et du budget au détriment de la qualité. Résultat des courses : de nombreuses erreurs étaient présentes lors de la finalisation du programme informatique. Ce qui a entrainé un dépassement de budget et une perte de temps importante pour résoudre (après coup) les problèmes persistants. Cette histoire reste assez classique et se produit dans beaucoup d’entreprises. Cela part d’un sentiment de vouloir bien faire les choses (tenir l’échéance, fournir le maximum de fonctionnalités, ne pas dépasser le budget…). Le problème c’est que malgré l’évidence certaines personnes continuent à négliger les périodes de tests car :

  • ils ne comprennent pas (en mettant les erreurs sur le compte de problèmes techniques) ;
  • ils minimisent l’impact de leurs actions ;
  • ils comprennent que c’est important, mais ils retombent rapidement dans le même schéma de fonctionnement par habitude.

Comprends bien que je ne jette la pierre à personne, car dans cette histoire ma responsabilité aurait dû être de leur faire comprendre l’importance de la phase de tests. J’aurais dû changer mon approche et mon discours jusqu’à ce qu’ils comprennent mon message. Je m’attendais à ce que les choses changent sans tester quelque chose de différent.

Prends donc le temps d’analyser les actions que tu mets en place pour atteindre tes objectifs. Si celles-ci ne te donnent pas les résultats attendus : teste autre chose.

As-tu espéré des résultats différents, mais sans oser tenter quelque chose de différent ? Qu’est-ce qui te bloque dans cette approche ?

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.

Tu as déjà sûrement entendu la phrase populaire : « l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue ». Mais qu’est-ce que cela veut réellement dire ? Dans cet article, je vais te donner mon interprétation de cette expression afin d’ouvrir la réflexion et de casser les préjugés. Mon but dans cet article (et dans tout ce que je fais en général) est de partager à un maximum de monde mes idées afin d’aider un maximum de personnes à évoluer personnellement.

Tu seras d’accord avec moi : le bonheur est quelque chose de complexe qui ne peut être acheté par l’argent. L’amitié, l’amour, la reconnaissance, la confiance ou encore l’accomplissement de soi sont des valeurs plus grandes que l’argent. D’un autre côté, l’argent contribue à notre bonheur, car il nous permet d’acheter des biens matériels ou des services nous mettant dans une position plus encline à développer notre bonheur. Il est en effet difficile de s’accomplir soi même lorsqu’on doit sans cesse lutter pour sa survie.

Je ne peux m’empêcher de lier mon propos à la pyramide de Maslow (autrement appelée la pyramide des besoins). Je ne vais pas te détailler ce concept ici et je t’invite à consulter Wikipédia pour plus d’information à propos de la pyramide des besoins. En résumé, la pyramide de Maslow est une pyramide des besoins élaborée dans les années 40 à partir des observations du psychologue Abraham Maslow.

Il a défini 5 niveaux de besoins :

Selon Maslow, nous ne pouvons pas assouvir nos besoins supérieurs (le haut de la pyramide) sans avoir complété les niveaux inférieurs. Maslow précise toutefois que le passage d’un niveau à l’autre se fait progressivement et non par étapes. Cependant, les niveaux supérieurs seront toujours moins « complets » que les niveaux inférieurs. Prenons par exemple les besoins de sécurité qui (en toute logique) seront plus facilement comblés que les besoins de s’accomplir. Si l’on prend le problème dans le sens inverse on pourrait dire que quelqu’un n’ayant pas des besoins de sécurité suffisamment comblés aura du mal à de développer personnellement.

Mais pourquoi est-ce que je te parle de cela ? Pour moi, l’argent permet de combler plus facilement le niveau 1 (besoins physiologiques) et peut aider grandement pour le niveau 2 (besoins de sécurité). L’argent, bien utilisé, te permettra également de travailler sur les niveaux 3, 4 et 5, car tu pourras devenir une meilleure personne en te formant ou encore en finançant des projets qui te tiennent à cœur (la recherche, les mouvements solidaires…).

Prenons 3 exemples hypothétiques de personnes dans des situations très différentes :

  • J’ai très peu d’argent et je cumule 2 travails pour joindre les 2 bouts (je travaille 60 heures/semaines). J’ai également très peu de temps, car je dois m’occuper de mes enfants et des tâches ménagères.
  • Je gagne bien ma vie et je travaille beaucoup, mais j’ai suffisamment d’argent que pour pouvoir consacrer du temps à combler mes besoins physiologiques et de sécurité. Je dois néanmoins continuer à faire attention, car je ne suis pas à l’abri d’un imprévu.
  • L’argent n’est pas un problème pour moi et je peux vivre sereinement sans craindre pour mon avenir, ce qui me permet d’avoir le temps nécessaire pour assouvir mes besoins. Je peux lancer les projets qui me tiennent à cœur.

En comparant ces 3 situations, je pense qu’il est assez clair que la personne qui a suffisamment d’argent aura plus de temps et moins de stress pour travailler sur son bonheur. Il est cependant évident que cela ne garantira pas du tout son bonheur. C’est pour cela qu’il faut utiliser l’argent avec précaution. L’« utiliser » est vraiment le bon mot. L’argent est finalement le carburant qui te permettra d’atteindre des objectifs plus élevés afin d’assouvir plus facilement des besoins. En aucun cas, il ne va t’apporter le bonheur, car il ne pourra jamais suffire à combler tous les niveaux de besoins.

Je t’invite donc à considérer l’argent plus comme un moyen qu’une fin en soi. Comprendre comment l’argent fonctionne est une des clefs du succès.

 

4 étapes pour booster ta productivité grâce au pouvoir des objectifs

4 étapes pour booster ta productivité grâce au pouvoir des objectifs

Est-il réellement possible d’envisager la productivité sans se fixer des objectifs ?

Les objectifs à court, moyen et long terme vont te donner une direction, une vision, un but à atteindre. Sans cela, tout ce que tu feras n’aura aucun sens. J’entends souvent parler de gestion du temps, de productivité ou encore de succès sans parler d’objectifs. C’est à mon sens une très grave erreur. Tu pourras mettre en place des systèmes qui te permettront d’être plus productif. Tu appliqueras une méthodologie ultra efficace afin de produire plus en deux fois moins de temps. Mais à quoi bon, si cela ne sert pas tes objectifs ?

Imaginons que tu lises des dizaines de livres sur la gestion du temps et la productivité. Imaginons également que tu aies acheté des formations censées te permettre de travailler moins et d’être ultra efficace. Disons qu’en appliquant tes nouvelles connaissances, tu économises la moitié de ton temps (ce qui est juste énorme). Si tu ne remplis pas ce temps fraîchement libéré par quelque chose, tu vas simplement le gaspiller à des futilités. Tu vas passer du temps sur Facebook ou encore devant la télévision. Tu gaspilleras ton temps au lieu de l’utiliser pour te développer personnellement en lisant, pour faire du sport ou encore maîtriser un art. Tu pourrais également utiliser ton temps disponible pour produire plus. Mais fais très attention, car si tu utilises ton temps disponible pour travailler plus sans avoir de but, tu vas juste te tenir « occupé » pendant la journée. Tu auras l’impression de travailler, mais en réalité tu passeras ton temps sur des choses inutiles ou sans grande valeur ajoutée.

Pour avoir une bonne gestion du temps, il faut avoir de quoi occuper ton temps. Attention, je ne te dis pas que tu dois travailler non-stop. Non, tu dois bien savoir utiliser le temps que tu as à ta disposition pour atteindre tes objectifs. Un objectif clair et bien défini augmentera bien plus ta productivité que de connaître une astuce te permettant de traiter plus efficacement tes mails. En définissant tes objectifs, tu vas focaliser ton attention sur le fait d’atteindre cet objectif. Ton cerveau va se focaliser sur la réalisation de l’objectif de manière inconsciente (lorsque tu seras occupé à faire tes couses, ton sport ou encore pendant que tu dormiras). Au plus, ton objectif est clair et précis au plus ton cerveau aura facile à trouver des moyens te permettant de le réaliser. Tu seras ouvert aux opportunités, tu orienteras ton travail, tu te focaliseras sur l’essentiel et tu élimineras les tâches inutiles ou trop énergivores afin d’atteindre ton objectif.

Il te suffit d’appliquer ces 4 étapes :

1.       Définis un objectif le plus précisément possible

2.       Définis quand tu souhaites atteindre cet objectif

3.       Remémore-toi régulièrement ton objectif (idéalement tous les jours) pour focaliser ton attention sur sa réalisation

4.       Agis (de préférence tous les jours) pour te rapprocher de ton objectif

Ces 4 étapes sont simples à appliquer et t’aideront bien plus à améliorer ta productivité que toutes les techniques et méthodes pour « gagnez du temps ».

Bien que cela paraisse simple à suivre, cela demande énormément de rigueur et de discipline de s’y tenir. Dis-moi en commentaire ce qui t’empêche d’appliquer cette méthode.

 

4 Étapes pour « délivrer » et arrêter les heures supplémentaires

4 Étapes pour « délivrer » et arrêter les heures supplémentaires

Lorsque je travaillais encore comme salarié, j’ai eu l’occasion de vivre une expérience très désagréable : avoir travaillé dur toute la journée sans avoir « délivré » quoi que ce soit. Tout le monde a déjà eu ce sentiment négatif. Tout ce temps et ces efforts perdus sans avoir réellement avancé dans un projet important. En plus de la frustration, s’ajoute le fait de devoir faire des heures supplémentaires afin de tenir les échéances. Mais à quoi cette situation est-elle réellement due ? Les causes principales sont les interruptions : les réunions, les collègues, les emails, les appels téléphoniques, les « urgences »… Il est possible de gérer ces interruptions (je te le conseille fortement). Cependant, pour cet article, je propose de partir du principe que ce n’est pas possible et que ces imprévus sont inévitables et incompressibles.

La méthode que je te propose est une méthode en 4 étapes. Je l’ai apprise lors d’une formation sur la gestion du temps et je l’ai mise en pratique lors de mon précédent emploi (je continue d’ailleurs à l’appliquer). J’ai légèrement adapté la méthode avec des concepts que j’ai appris par la suite en m’inspirant de Tony Robbins (coach en développement personnel). On pourrait également considérer cette méthodologie comme une version simplifiée de celle présente dans le livre Master Your Workday Now ! de Michael Linenberger.

Avant de présenter la méthode, je veux attirer ton attention sur un point important. Lorsque je parle de tâches, je veux parler de tâches que tu serais capable de réaliser de manière plus ou moins autonome. En effet, si tu travailles dans un call center ou si tu es caissier chez McDonald, il sera difficile d’appliquer les étapes détaillées ci-dessous. Tu pourras néanmoins appliquer la méthode dans ta vie privée.

Cette méthode se base sur les principes suivants :

  • une bonne organisation
  • une bonne priorisation
  • une bonne planification
  • la loi de Laborit [1] (tirée des travaux d’Henri Laborit : « La Nouvelle Grille » et « l’Eloge de la fuite »)

1) Tiens une liste de tâches à un seul endroit

Il est en effet essentiel d’avoir UN seul endroit avec toutes tes tâches, car c’est là que tu iras regarder ce que tu DOIS faire. Si tu t’éparpilles, tu perdras du temps à rechercher ce que tu dois faire et tu pourrais mal prioriser tes tâches. Je sais que c’est difficile, car beaucoup d’entreprises aiment éparpiller les tâches de leurs collaborateurs. Essaye au moins d’avoir un seul endroit pour les tâches que tu auras toi-même créées.

2) Sélectionne au moins 3 et maximum 5 tâches (les plus importantes) par jour

Sélectionne entre 3 à 5 tâches que tu aimerais bien réaliser. Ces tâches doivent être importantes. Tu pourrais être tenté d’en sélectionner plus en « pensant » pouvoir toutes les faire. En effet, si l’on considère qu’une journée compte 8 heures de travail, tu pourrais sélectionner entre 10 et 15 tâches. Le risque en faisant cela est de ne rien faire du tout à cause des interruptions et de la procrastination. Tu perdras du temps rien qu’à choisir ce que tu dois faire. De plus, tu seras tenté de commencer par les tâches « simples » et ayant peu de valeur ajoutée. Limite donc toi à 5 tâches par jours, mais sélectionne-les par ordre d’importance.

Attention, tes tâches ne doivent pas être trop volumineuses : une tâche d’une demi-journée pourrait par exemple être divisée en 2. Ne passe pas non plus trop de temps à savoir si une tâche est trop volumineuse et si elle devrait être divisée en 2 ou 3 (pure perte de temps). De la même manière, trop subdiviser les tâches va te faire perdre du temps. Tu passeras ton temps à créer des tâches et à les cocher.

3) Planifie ta journée du lendemain

Planifie la veille les 3 à 5 tâches que tu dois absolument faire le lendemain. Personnellement, je planifiais mes tâches de manière à remplir la moitié d’une journée complète (hors réunions). Si j’avais par exemple une journée de huit heures et 2 réunions d’une heure. Je partais du principe qu’il me restait 8 heures moins 2 heures de réunions. Ce qui me donnait 6 heures de disponibles. Je divisais encore ce résultat par 2 pour avoir le nombre d’heures réellement disponible pour avancer dans mon travail. Ce qui donne 3 heures dans notre exemple. Cela peut paraitre peu alors qu’on pourrait se dire qu’en réalité j’ai 6 heures à ma disposition. Malheureusement, ces heures disparaissent vite en interruptions.

4) Commence ta journée par les tâches de ta liste

Une fois tes tâches planifiées, il ne reste plus qu’à les faire. Je conseille de préférence de réaliser un maximum de tâches le matin (plus concentré) et si possible avant que les interruptions ne se manifestent. Réalise tes tâches avant de lire tes emails, avant d’être interrompu par tes collègues et surtout avant que les urgences n’apparaissent.

En appliquant ces 4 étapes, j’ai pu multiplier ma productivité par 2. Essaye par toi-même et dis-moi quels sont tes résultats.


[1] Nous privilégions ce qui nous motive et qui nous fait plaisir.

Entreprendre avec succès en 2019

Entreprendre avec succès en 2019

Cet article participe à l’événement inter-blogs organisé par Olivier Clémence entrepreneur dans le domaine de l’e-commerce).

2019, nouvelle année, nouveaux défis. Nouvelles stratégies business, nouvelles stratégies marketing…

En 2019, on efface tout et on recommence, oubliez ce que vous avez appris, car maintenant c’est complètement obsolète. Car cette année tout change… enfin c’est en tout cas ce que j’ai déjà entendu à maintes reprises cette année et les années précédentes de la bouche de certains marketeurs. Certes, je brosse un portrait caricatural des marketeurs et évidemment tous les marketeurs ne disent pas cela. Mais soyons honnêtes cela reste une bonne manière de continuer à vendre… du marketing. Certes, le monde change et les anciennes techniques s’usent, mais ma patience et mon portefeuille aussi. Il est vrai que la concurrence s’intensifie et les consommateurs s’habituent à être sollicité de toute part. Il est donc normal que les stratégies s’adaptent au marché. Mais qu’en est-il vraiment ? Comment entreprendre si on est un débutant ou qu’on commence à peine à faire nos premières ventes (grâce aux anciennes techniques) ?

Dans cet article je vais vous partager tout ce que j’ai sais ou que j’ai pu expérimenter qui vous permettront de réussir en 2019 et d’enfin faire décoller votre business.

Révisez les bases

Résultat de recherche d'images pour "réviser"

On oublie souvent, à tort, que les bases restent les bases et que si elles ne sont pas maitrisées, les techniques avancées ne servent à rien. Elles sont les fondations de n’importe quel business. Nombreux sont les entrepreneurs qui malgré un succès certain, stagnent et peinent à dépasser un chiffre d’affaires à 6 chiffres. Pourquoi ? Je crois que vous avez compris : ils négligent les bases.

Mais est-ce réellement de notre faute ? La plupart des marketeurs (pas tous heureusement) nous vendent surtout les techniques avancées comme étant LA solution pour réussir sur le web. « Vous galérez à obtenir des prospects ? C’est normal, car vous ne connaissez pas LA dernière astuce qui est en train de tout changer ». Et nous voilà à acheter encore une énième formation 😊

Certes, généralement les bases sont belles et bien présentes dans ces formations (et de manières complètes). Mais soyons honnête ce n’est pas très sexy et puis ce n’est pas vraiment cela qu’on nous a vendu. Dès lors, on les néglige et on fait « semblant » de faire les exercices proposés par le formateur, car c’est ennuyeux et fatiguant. Ikigai, trouver son X, comprendre son prospect, resserrer sa niche, plan d’action, etc. C’est intéressant, mais bon : on sait déjà tout cela et puis on est là pour vendre non ? Pas pour une psychanalyse.

J’ai moi-même négligé les bases pendant 7 mois avant de me rendre compte que le produit que je voulais vendre ne me plaisait pas plus que cela et qu’il avait un potentiel économique limité. J’ai dû, après avoir pris conscience de mon erreur, abandonner tout le travail déjà réalisé pour recommencer à zéro. Quelle perte de temps ! Mais au fait de quelles bases parle-t-on ?

En voici les 3 points essentiels :

1) Identifiez VOTRE compétence spécifique
2) Trouvez VOS clients spécifiques et leurs problèmes spécifiques
3) Faites-leur une offre IRRÉSISTIBLE

C’est tout !!! Cela a vraiment l’air trop simple pour être vrai n’est-ce pas ?

Trouvez ce pour quoi vous êtes naturellement compétent et proposez votre expertise ou service à un client ayant un besoin profond en lien avec votre compétence. Au plus vous serez spécifique, au plus vous pourrez augmenter vos tarifs. En effet, vouloir résoudre tous les problèmes avec votre solution/vos compétences ne vous rendra pas crédible. Soyez un spécialiste plutôt qu’un généraliste. Les spécialistes sont généralement mieux rémunérés. Un chirurgien, par exemple, gagnera bien mieux sa vie qu’un médecin généraliste. Certes, son domaine de compétence reste limité, mais il est extrêmement compétent dans ce qu’il fait. Feriez-vous confiance à un médecin généraliste pour votre opération du cœur ? Non, et vos prospects non plus !

Une fois que vous savez ce que vous voulez faire et qui sont vos clients, il « suffit » de leur proposer une offre irrésistible. Le client doit avoir l’impression de faire une affaire. Il faut vraiment que la valeur perçue dépasse largement la valeur demandée.

SI ces 3 éléments sont présents alors vous êtes condamnés à réussir, peu importe la stratégie utilisée. Donc en 2019, vérifiez bien que vous proposez une offre irrésistible liée à une compétence spécifique à un problème spécifique pour un client spécifique.

La stratégie à adopter en 2019

Résultat de recherche d'images pour "increase"

En 2019, il vous faudra aborder 4 points essentiels qui constitueront les pilier de votre réussite :

  1. Regagnez la confiance de vos prospects
  2. La stratégie hybride
  3. Ne vous limitez plus à internet
  4. Mettez en route un plan d’action concret

Regagnez la confiance de vos prospects

En regardant le marché actuel, on remarque assez rapidement que les techniques classiques fonctionnent de moins en moins bien. La grosse tendance en 2019 sera le retour à la création d’une relation de confiance authentique. Nous allons revenir 20 ans en arrière et tenter de simuler une relation commerciale telle qu’on le faisait par le passé. Je fais bien entendu référence au marketing direct de qualité et non pas à ses dérives qui lui ont valu sa mauvaise réputation. En effet, l’objectif est de créer une relation de confiance et non pas de démarcher sauvagement vos prospects.

Pour faire cela, il faudra mettre en place 3 étapes :
1) Attirer l’attention et faire une bonne « première impression »
2) Faire connaissance
3) Créer une relation de confiance

Ensuite, vous pourrez encourager vos prospects à s’engager et à passer à l’action avec votre produit ou service. Ces principes étaient déjà valables au cours des 10 dernières années (bien plus longtemps en réalité[ ) et en 2019 ils deviendront incontournables au vu de la concurrence et d’une méfiance grandissante de nos chers prospects.

La stratégie hybride

Quelle stratégies concrètes appliquer en 2019 ? Le blogging, (la pub) Facebook, (la pub) Instagram, Messenger… ?

Ma réponse ne va pas vous plaire, mais en 2019, nos prospects sont très sollicités. Il faudra, comme les multinationales, être… partout… tout le temps . Ce qui en 2019, sera enfin possible pour un prix dérisoire.

Certains marketeurs, en avance sur le marché, sont déjà occupés à mettre en place ce genre de stratégies qui permettront (à terme) de rendre ce concept accessible à bas prix. En attendant, je vous conseillerais de ne pas vous limiter à un seul canal de communication, mais de vous diversifier. Attention tout de même à ne pas confondre « se diversifier » et « se disperser ». Car à force de vouloir tout faire, vous ne ferez rien.

Pour avoir côtoyé bon nombre d’entrepreneurs (de parfaits débutants à entrepreneur confirmé), j’en arrive à la conclusion que le blogging et la publicité sont des approches qui fonctionnent (à condition de savoir ce qu’il faut faire). Malheureusement, ces 2 approches ont leurs avantages et inconvénients. Je vous conseille donc d’avoir une approche hybride alliant contenu gratuit et publicité. En faisant cela, vous démultiplierez les résultats obtenus. Restez toutefois vigilant, car il ne s’agit pas ici de faire « un peu des deux » mais bien de mettre en place ces deux approches selon une stratégie bien définie. Le contenu gratuit et la publicité devront œuvrer dans la même direction pour que la magie opère.

Ne vous limitez plus à internet

Image associée

À tort, les marketeurs ont orienté de manière exclusive l’acquisition de trafic et la conversion vers le canal internet. Or d’autres techniques plus anciennes fonctionnent toujours : le réseautage local, le marketing direct ou encore la conversion par téléphone. Certes, ces approches ont leurs limites et sont généralement assez chronophages, mais elle fonctionne toujours. Pire, elles sont redevenues très efficaces, car abandonnées par l’élite (et laissé aux mauvais marketeurs).

Malheureusement, il arrive trop souvent que ces approches soient négligées, voire même dénigrées auprès des jeunes entrepreneurs. Or, quand on débute, il nous faut faire rentrer de l’argent, peu importe que ce soit en échange de notre temps. À vouloir tout avoir tout de suite : on n’obtient malheureusement rien.

Lorsqu’on débute, se créer un réseau local (des infopreneurs galèrent à vendre leur service sur internet à des clients au bout du monde alors qu’ils croisent tous les jours des prospects qualifiés en faisant leur course) et démarcher directement des clients ont un énorme atout. Car cela vous permettra de vous confronter directement à votre marché et de gagner rapidement en expérience au lieu de passer des heures chez vous à vous demander ce que veulent vos prospects.

Rien ne vous empêchera par la suite d’automatiser et de passer au numérique. Internet a beau avoir rendu plus simple l’entrepreneuriat : les bases restent les mêmes lorsque l’on débute : connaitre son marché et gagner en expérience.

Mettez en route un plan d’action concret

Résultat de recherche d'images pour "action plan"

Maintenant que vous avez votre stratégie, il ne reste plus qu’à mettre tout cela en musique. Prenez le temps de mettre en place un plan d’action concret qui peut par exemple prendre la forme d’un planning.

Pour réaliser ce plan d’action, prenez simplement votre objectif et découpez-le en des objectifs plus petit et plus simple à atteindre. Une fois que vous avez votre liste de mini-objectifs, estimez l’effort à fournir pour le réaliser et mettez ensuite ces mini-objectifs sur une ligne du temps. Je recommande de plutôt travailler avec des mini-objectifs qu’avec une liste de tâches. La raison est simple : un objectif est atteint ou n’est pas atteint alors qu‘une tâche peut être « en cours ». Généralement, il est souvent observé dans le cadre de la gestion de projet en entreprise que rapidement, beaucoup de tâches sont « en cours » et donnent alors l’impression que vous êtes occupé alors qu’en réalité vous n’avez pas produit le moindre résultat concret vous rapprochant de votre objectif.

Dernier conseil : ne restez pas seul

Image associée

Entreprendre est une tâche ardue et vous passerez par toutes les émotions (par exemple, au moment où j’écris ces lignes je ne suis pas très motivé, car je suis encore occupé à « sacrifier » mon dimanche soir pour quoi au juste ? 😊). Restez au contact de personnes qui sont dans le même mindset que vous ou encore mieux faites-vous accompagner par quelqu’un qui pourra vous aiguiller (mentor, coach, mastermind…).